Qu’est-ce que le virus de l’herpès génital ?

 

Herpès génital : Une infection répandue

Vous souffrez d’herpès génital ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas un cas rare ou isolé, c’est très fréquent.

 

L’herpès génital, maladie due à un virus, est en effet une des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) les plus répandues dans le monde1. On estime qu’une personne sur six à une personne sur quatre en souffre au niveau mondial2.

 

L’herpès génital est une maladie habituellement bénigne, mais c’est une maladie chronique. Elle se caractérise en effet par la survenue de récidives (également appelées crises ou poussées d’herpès), 4 par an en moyenne. Mais 10 % des personnes atteintes ont plus de 6 poussées annuelles d’herpès.

 

On comprend donc pourquoi cette maladie peut avoir un retentissement important sur la qualité de vie et constituer un sérieux handicap personnel et pour le couple3.

 

« L’herpès est une maladie mal vécue sur le plan psychologique, affectif, sexuel, familial et social » souligne le Dr Halioua, dermatologue à l’Institut Alfred Fournier.

Herpès génital : Une infection souvent méconnue

Malgré sa fréquence, l’herpès génital est une maladie mal connue. Beaucoup ignorent les modes de transmission, les symptômes… Ainsi, seulement 10 à 25 % des personnes infectées par le virus rapportent des antécédents d’herpès génital, ce qui suggère que la plupart des personnes infectées n’ont pas identifié leurs symptômes comme étant une poussée d’herpès génital. Cependant, une fois informées de leur séropositivité au virus, plus de 50 % sont capables d’identifier d’anciennes « crises » comme étant des poussées d’herpès, auparavant attribuées à d’autres causes.

 

L’herpès génital peut être confondu avec une mycose car les symptômes sont proches (démangeaisons, picotements…) et parce que ces deux pathologies sont souvent liées. Il peut également être confondu avec de l’eczéma.

 

On estime que parmi les personnes infectées et non diagnostiquées, 60 % d’entre elles présentent des symptômes mais ne savent pas qu’ils sont dus à l’herpès.

Le virus de l'herpès génital

À l’origine de l’herpès génital, un virus

L’herpès génital est dû à une infection par un virus : l’Herpes Simplex Virus (HSV). Ce dernier existe sous deux types différents, HSV1 et HSV2. Ils se transmettent différemment et n’infectent pas les mêmes parties du corps. Mais ils sont tous les deux très contagieux !

 

Le virus HSV1 est principalement responsable de l’herpès du visage. Il touche le plus souvent la bouche (c’est le fameux « bouton de fièvre » ou herpès labial) mais il peut aussi se localiser au niveau des narines, des oreilles, des joues…

Le virus HSV2 est plus généralement localisé au niveau génital mais peut toucher les fesses ou les cuisses. Ce virus se transmet par voie génitale, il est donc sexuellement transmissible.

 

Le plus souvent, c’est l’Herpes Simplex Virus de type 2 (HSV-2) qui est en cause dans l’herpès génital. Cependant, de plus en plus de cas d’herpès génital (près de 20 % actuellement) sont liés à l’Herpes Simplex Virus de Type 1 (HSV-1), virus habituellement responsable de l’herpès labial. Cela à cause de la pratique plus répandue des rapports oro-génitaux (fellation, cunnilingus). Un rapport sexuel mettant en contact la bouche avec le sexe peut ainsi être à l’origine d’une transmission du virus présent sur les lèvres aux parties génitales. Le contraire est également possible, mais cela serait moins souvent le cas. L’infection due à HSV1 est en général moins sévère et les récurrences ou poussées moins fréquentes.Le pourcentage de personnes porteuses du virus Herpes Simplex 2 dans la population générale en France est estimé à 17,2 %4. Les femmes sont davantage touchées que les hommes (17,9 % vs 13,7 %)4. Il n’est donc pas rare d’être en contact avec ce virus !