" Les vésicules ulcérées génèrent des souffrances assez violentes, sur la vulve, le vagin, voire le col utérin, chez la femme, le gland, le prépuce, chez l’homme »

Dr Braig

La primo-infection

 

 

L’herpès génital est une maladie récidivante. Le virus de l’herpès s’installe à vie dans l’organisme.

 

Le premier contact entre le virus et l’organisme se produit lors d’un rapport sexuel génital ou oro-génital. On parle de primo-infection, signalant que l’on a contracté le virus.

 

La primo-infection est généralement accompagnée de symptômes plus ou moins sévères qui se manifestent 1 à 3 semaines après le contact infectant.

 

Les signes d’une primo-infection herpétique génitale sont :

 

  • Des douleurs, des brûlures, des picotements localisés dans la région génitale, qui sont souvent ressentis avant l’apparition de petites vésicules groupées en bouquets. « Les vésicules ulcérées génèrent des souffrances assez violentes, sur la vulve, le vagin, voire le col utérin, chez la femme, le gland, le prépuce, chez l’homme » informe le Dr Braig, gynécologue-obstétricien au CH d’Annecy.
  • Dans les jours suivants, ces petites cloques éclatent, laissant place à des ulcérations, qui deviennent à leur tour des croûtes. Celles-ci guérissent ensuite sans laisser de traces.

 

 

Chez l’homme comme chez la femme, les lésions herpétiques peuvent être accompagnées de symptômes généraux : fièvre, fatigue, courbatures, maux de tête, maux de ventre, douleurs en urinant.

 

Dans certains cas, la primo-infection passe inaperçue car la personne n’a aucun symptôme.

 

La première poussée d’herpès peut survenir des mois ou des années après la primo-infection. Certaines personnes peuvent donc avoir été en contact avec le virus, sans le savoir, et le découvrir des années après à l’occasion d’une première poussée d’herpès.