Herpès génital et sexualité

 

Un fort impact sur la vie sexuelle

  • Peur de contaminer son partenaire
  • Peur des récidives
  • Peur de la douleur intense ressentie lors des crises…

 

L’herpès génital impacte en particulier fortement la vie sexuelle des couples concernés.

 

Tout d’abord, l’herpès génital ne doit pas être une maladie honteuse et culpabilisante. Un partenaire peut parfaitement transmettre le virus sans savoir lui-même qu’il en est porteur.

 

En effet, la primo-infection a pu passer inaperçue et n’être associée à aucun symptôme. De même,  une première crise d’herpès génital peut se déclencher des années après avoir contracté  le virus.

Ensuite, il est important de dialoguer avec votre partenaire et votre médecin pour limiter les risques de transmission. Dès lors que le diagnostic a été posé, il faut éviter les relations sexuelles durant les poussées d’herpès. En effet, le préservatif ne suffit pas à empêcher la transmission du virus. Il couvre juste les lésions situées sur le sexe. Si l’herpès est présent à proximité de cette zone protégée il est possible de contaminer votre partenaire.

 

En dehors des poussées, le risque de contamination est bien moindre. Suivant la localisation des lésions, il pourra être conseillé d’utiliser un préservatif si votre partenaire n’a jamais eu de contact avec le virus de l’herpès. En parler à votre médecin.

 

Peut-on transmettre le virus en dehors des crises ?

Notre expert Dr Jean-Marc Bohbot témoigne